Un prix national de l’APK, une nouvelle machine de découpe plasma et des projets ambitieux : le BTS « architectures en métal » du LMB de Felletin s’ouvre à de nouveaux horizons

Un prix national de l’APK, une nouvelle machine de découpe plasma et des projets ambitieux : le BTS « architectures en métal » du LMB de Felletin s’ouvre à de nouveaux horizons

Un prix national de l’APK, une nouvelle machine de découpe plasma et des projets ambitieux : le BTS « architectures en métal » du LMB de Felletin s’ouvre à de nouveaux horizons

Le BTS « construction métallique » se nomme désormais « architectures en métal, conception et réalisation ». Il a pour objectifs de former sur deux ans, par voie scolaire ou par apprentissage, des techniciennes et techniciens supérieurs spécialisés dans la conception et la réalisation des ouvrages de construction en métal, qui travailleront en lien avec les architectes et ingénieurs. Les étudiants deviendront chargés d’affaires, dessinateurs-modeleurs, calculateurs, projeteurs – métreurs, deviseurs, chefs de chantier ou conducteurs de travaux…

Un concours remporté à échelle nationale

Au Lycée des Métiers du Bâtiment de Felletin, deux étudiants du BTS ont participé au concours des cahiers de l’APK, l’Association pour la promotion de l’enseignement de la construction en acier, dans la catégorie BTS – IUT. Ils ont remporté le prix haut la main, sur un projet de conception de bâtiment à grande portée en ossature mixte bois et métal. L’ouvrage est une bergerie de 800 m² avec une réflexion sur le bien-être animal (ventilation par sheds), et sur des matériaux bio-sourcés en bois plutôt qu’en lamellé –collé.

Les étudiants ont présenté au jury la conception et le dimensionnement. L’objectif est de faire un prototype (voir photo) et de tester la faisabilité. En effet, les points critiques étaient le problème de déversement et de résistance des matériaux par rapport à la mixité des matériaux, et la portée par rapport à la grandeur de l’ouvrage (poutre de 12 mètres).

Les deux lauréats, Guillaume Rique et Laurent Damiano, ont formé une belle équipe pour ce concours qui leur a aussi servi de projet pour leur examen de BTS. L’un est excellent en calcul, l’autre en fabrication : une autre belle mixité ! Pour eux, ce prix est un aboutissement de deux ans d’études car le travail a été reconnu au sein de l’APK par de grands professionnels. Ils espèrent pouvoir poursuivre leurs études en école d’ingénieur.

Une nouvelle machine dans l’atelier de construction métallique

Acheté grâce au financement du CCCA BTP (Comité de concertation et de coordination de l’apprentissage du bâtiment et des travaux publics), cette machine de découpe plasma est un réel arc électrique qui permet de découper de l’acier à plus de 10 000 degrés. Utilisée quotidiennement au LMB, elle permet la simplification de fabrication car elle est non seulement beaucoup plus rapide mais travaille sur plusieurs opérations : elle perce, découpe et contourne, et peut aussi fabriquer des pièces complexes.

Aujourd’hui, le LMB de Felletin est le seul établissement en France à avoir ce type de machine aussi performante et aussi moderne. Elle met le LMB de Felletin à niveau pour le nouveau BTS « architectures en métal, conception et réalisation » car l’atelier se modernise de plus en plus et les étudiants travaillent désormais sur le BIM et le numérique. Rappelons que le LMB ouvre à la rentrée une licence de Génie civil parcours BIM, en partenariat avec le CNAM.

Un projet passionnant pour 2019 avec architectes et PNR

L’agence Peaks est lauréate du concours qu’a lancé le Parc Naturel Régional de Millevaches pour la création d’airs de bivouacs sur le territoire. Cette étude pour l’IPAMAC (réseau de 10 Parcs Naturels Régionaux du massif Central) est en association avec le PNR de Millevaches et le Centre International d’Art et du Paysage.

Les architectes ont fait les esquisses et confient au LMB la conception, le dimensionnement et la réalisation de prototypes. Les défis sur ce projet seront multiples : créer des structures pour l’extérieur, légères et aériennes, sur un territoire de montagne ; puis faire de la recherche et du développement avec la problématique de l’‘industrialisation ultérieure du projet.

Voilà de quoi inciter des lycéens à s’inscrire sur ce BTS en pleine mutation à fort taux d’insertion.