LMB de Felletin

Visite des apprentis du BTS Bâtiment à Paris

Visite des apprentis du BTS Bâtiment à Paris

Visite des apprentis du BTS Bâtiment à Paris

Les apprentis BTS bâtiment première année, accompagnés par leurs professeurs Lucile Arlot, Jean-Marie Husson, Christophe Lagorsse et Franck Tempereau se sont rendus à Paris pendant deux jours afin de compléter l’enseignement reçu au CFA.

Cette visite avait pour but de faire découvrir aux apprentis des techniques de soutènement, techniques bien particulières qu’aucune entreprise formatrice ne réalise, et de leur faire découvrir l’organisation d’un des plus gros chantiers en cours de réalisation en Ile de France,

Ce voyage s’est déroulé sur deux journées, les 18 et 19 mars 2015.

CHANTIER « SMA »PARIS 15éme

Notre premier rendez-vous avait lieu à Paris, porte de Sèvre, avec l’entreprise SOLETANCHE-BACHY qui réalise les parois de soutènement du chantier du futur siège de la SMA, assureur de toutes les entreprises, des professionnels, des dirigeants, de leurs salariés et de leurs proches, leader historique sur le marché de l’assurance construction qui vient d’acquérir son futur siège social auprès de Bouygues Immobilier.

Situé dans le XVe arrondissement de Paris, à l’emplacement de l’ancien hôtel Pullman, cet immeuble de bureaux clés en mains de 35 000 m² accueillera l’ensemble des collaborateurs du siège de SMA, sur huit étages et trois niveaux de sous-sols.

Ce bâtiment s’inscrit dans le cadre d’une démarche environnementale forte, avec une triple certification :

– « BREEAM niveau good »,

– « Leed niveau gold »,

– « NEF bâtiments tertiaires – Démarche HQE® ».

L’opération a été confiée au cabinet d’architectes Willmotte & Associés.

La livraison du futur siège de SMA est prévue pour l’été 2017.

Le projet « Pullman » consiste en la démolition de l’ancien hôtel Pullman, édifice de 26 étages, puis en la reconstruction de deux bâtiments modernes indépendants: le futur siège de la SMA et un hôtel de standing, l’ensemble étant agrémenté de jardins. Soletanche-Bachy France est en charge du lot « paroi moulée » qui comporte des travaux de soutènement et de fondations. Ces travaux consistent en la réalisation d’une paroi moulée périmétrale depuis une plateforme haute et depuis une plateforme basse car une partie des voiles du sous-sol de l’ancien hôtel sont conservés.

Les voiles existants, soutenus par des bracons, sont complétés par une paroi parisienne équipée d’un ensemble de bracons et de tirants, afin de former une fouille à ciel ouvert de 6 m de hauteur. Cette fouille a ensuite permis d’accueillir les travaux de paroi moulée. La paroi parisienne est constituée de 115 pieux de diamètre 60 cm et de 11 m de hauteur mis en oeuvre par Soletanche Bachy Pieux en sous-traitance de SBF

Ce chantier multidisciplinaire comprend plus de 140 pieux, 1 000 m2 de béton projeté, la pose et le déplacement de 70 bracons reposant sur des liernes, 22 tirants d’ancrage et 13 000 m2 de paroi moulée de 60 cm d’épaisseur et de 52 m de hauteur; il demande une coordination rigoureuse avec le lot «démolition».

Reçus par le conducteur de travaux Mr Raphaël Bataille, nous avons commencé par une présentation générale du chantier, puis fait un point sécurité avant de nous rendre sur le chantier afin de découvrir les différentes étapes de la construction.

Les parois dont réalisés à l’aide d’une benne hydraulique KS.

Le chantier emploie en permanence entre 40 et 45 hommes:

  • 1 Conducteur de travaux
  • 1 Chef de chantier
  • 5 Chefs d’équipes
  • 5 Conducteurs d’engins
  • 25 Compagnons qualifiés dans les travaux de fondations
  • 2 Ferrailleurs
  • 5 Manœuvres
  • 1 Gardien de chantier/Sécurité

 

CHANTIER « LMTPT »LIMEIL-BREVANNES (94)

 

Le jeudi matin, nous avions rendez-vous avec l’entreprise L.M.T.P.T. pour la visite d’un chantier situé 25 rue Henri Barbusse à Limeil-Brévannes.Ce projet consiste en la réalisation d’un immeuble de logements avec parking enterré. Ce chantier fait lui appel à la réalisation de voiles contre terre en béton projeté.

Nous avons été accueillis comme d’habitude par M. David Esteves, dirigeant de l’entreprise, mais aussi ancien élève du LMB.

La particularité de ce chantier est la présence de la nappe phréatique environ 5 m sous le niveau du terrain naturel. Il a donc fallu procéder à un rabattement de nappe, ce qui implique travaux la mise en place d’aiguilles ceinturant le chantier et reliées à 4 pompes permettant d’évacuer 240 m3 d’eau à l’heure.

Une fois le chantier au sec, la réalisation des parois peut avoir lieu. Ces parois sont réalisées par passes d’environ 2 m de largeur et 1.50 m de hauteur. Le terrassement, lui aussi réalisé par l’entreprise LMTPT, est effectué au fur et à mesure de l’avancement des parois.

Un autre problème est survenu sur une partie de la paroi : le terrain situé derrière celle-ci s’éboule au lorsque la passe est terrassée. Il faut donc diminuer les dimensions des passes pour limiter ce phénomène. Cela implique aussi d’injecter du béton dans les cavités crées pour éviter un effondrement du terrain. Malgré tout cela, l’entreprise LMPTP s’attend à être en litige avec le riverain dans quelques mois.

CHANTIER « FPJP »Quartier des Batignolles, PARIS 17éme

L’après-midi, nous avions rendez-vous avec l’entreprise BOUYGES pour la visite d’un des plus gros chantiers d’Ile de France. Nous avons été reçus par Denis CHEVREUIL, chef de chantier et ancien élève du LMB et Cindy Maesno, chargée de communication.

Le futur palais de justice de Paris réunira l’ensemble des services du tribunal de grande instance actuellement dispersés sur 5 sites dont l’Ile de la Cité, le tribunal de police et les tribunaux d’instance.

Il bénéficiera d’une situation exceptionnelle entre le boulevard périphérique (Porte de Clichy, RERC, M14) et le boulevard Berthier (T3), condition importante sachant que plus de 8 000 personnes y seront accueillies chaque jour :

  • Utilisateurs : magistrats, avocats, personnels de police et de gendarmerie, fonctionnaires de l’administration pénitentiaire ou d’autres administrations, personnels d’exploitation ;
  • Usagers : prévenus libres, gardés à vue ou incarcérés, victimes, témoins, presse ;
  • Public : accompagnants, public des audiences, visiteurs, groupes scolaires, etc.

Le futur palais de justice réunira des espaces ouverts au public – une  salle des pas perdus de 5 500 m2, 90 salles d’audience – des bureaux sur 30 000 m2 ainsi que des locaux de service et des espaces sécurisés.

Le projet architectural est l’œuvre de l’agence Renzo Piano Building Workshop. Il se compose d’un socle surmonté d’une tour de 40 niveaux en trois gradins culminant à 160 m et, formant un L avec le premier, d’un second bâtiment de dimensions plus modestes, 8 étages.

La hauteur de cet édifice emblématique le place parmi les repères monumentaux du ciel parisien ; sa forme élancée dégage l’horizon, crée une ouverture visuelle sur Clichy et symbolise le lien entre Paris et sa proche banlieue.

Le palais de justice est aussi délibérément ouvert sur la ville. Arborant 5 900 m2 de terrasses plantées étagées, il reprend à son compte la forte composante végétale du quartier. Ce dispositif est également essentiel à la récupération des eaux de pluie. Depuis le parvis de 9 000 m2, le regard du piéton traverse librement la façade cristalline du socle pour se poser sur ce grand hall d’accueil qu’est la salle des pas perdus, cœur de l’institution.

Le futur palais de justice de Paris satisfait aux exigences environnementales de l’éco-quartier Clichy-Batignolles. Avec moins de 75 kWhep/m2/an, soit environ la moitié de la consommation des plus récentes tours de bureaux livrées à La Défense, il sera une référence de sobriété énergétique pour un immeuble de grande hauteur.

Le coût du projet, réalisé dans le cadre d’un partenariat public-privé avec un groupement dont Bouygues Bâtiment Ile-de-France est le mandataire, s’élèvera à 575 M€. Sa filiale Exprimm assurera en outre l’exploitation et la maintenance du bâtiment pour un montant de 12,8 M€ par an, soit 345 M€ sur 27 ans. La facture finale pour l’Etat approchera donc le milliard d’euros

Ce chantier d’une taille impressionnante nécessite l’utilisation de 12 grues dont la plus haute culminera à 180 m de hauteur et de 2 mâts de pompage pour le coulage des IGH.

La particularité technique de ce chantier est l’utilisation par Bouygues et pour la première fois d’un coffrage glissant permettant la réalisation des IGH. Ce coffrage fabriqué sur mesure en Autriche permet de couler l’ensemble des voiles de l’IGH à la vitesse de 20 cm/h, ce qui correspond à un volume de béton d’environ 250 m3/jour.

Lors de notre visite, l’entreprise Bouygues terminait la préparation du coffrage glissant de la partie IGH de 39 étages (voir photo ci-contre).

La dalle basse était réalisée à environ 80% et la dernière partie était en cours de ferraillage.

La partie déjà coulée a été réalisée en 2 coulages de 3500 et 3200 m3 de béton. Ces coulages n’ont pu avoir lieu que 2 samedis de 5h00 à 22h30 (il était nécessaire de mobiliser l’ensemble des centrales à béton les plus proches).

Les bétons utilisés varient du C30 à du C80.

Ce chantier monopolise 100 personnes d’encadrement et d’études en permanence sur le chantier ainsi que 25 chefs de chantier, dont Denis Chevreuil responsable de la réalisation des 2 IGH les plus hauts.

L’objectif de Bouygues est d’avoir fini la réalisation des IGH à la fin de l’année 2015, ce qui représente un challenge énorme pour l’ensemble du personnel.

Merci à Denis Chevreuil d’être intervenu auprès de sa hiérarchie pour nous permettre de réaliser cette visite car l’entreprise Bouygues n’organise que des visites pour ses clients et refuse les demandes des établissements scolaires.

Un grand merci aux différentes entreprises qui nous ont reçus, pour leur amabilité et le temps qu’elles nous accordent lors de ces visites toujours instructives et intéressantes.